Début en Road Race

On reprend au début...

Voilà, quelques mois se sont écoulés depuis la dernière course, et la vie normale a repris son cours. Alors…. par ou commencer ?

Baaa, par le 1er de l'an 2016 tiens ! Une soirée très sympa organisée par le fastbike 63, sous la présidence de Frédéric Jacquet , LE PATRON , comme nous aimons l'appeler. Soirée réunissant les pilotes, adhérents de l'association, proches et personnes aimant tout simplement la moto.

C'est donc ce soir là, que Mathieu et moi, nous connaissant déjà mais n'ayant eu que peu de contacts (sorti de commentaires facebook,)  depuis environ deux ans, nous sommes tout naturellement retrouvés là, à tailler le bout de gras, une binch à la main sur nos diverses galères respectives. Je savais le bonhomme passionné de Road Race, mais je savais aussi les souffrances de sa chute passée et de la perte d'élan, de motivation et de tout ce que cela implique. Entre temps, une petite puce était arrivée également dans sa vie. Et pour ma part, la fracture de la main avec des complications entrainant une remise en forme de normalement 4 mois, en un enfer de plus d'un an avec de grandes incertitudes quand a la future mobilité de la main. (merci les erreurs médicales!)

De mon coté, je caressais toujours l'espoir d'atteindre mon but de participer a quelques une de ces dates et endroits mythiques. Il m'était déjà venue l'idée de proposer a Mathieu de m'accompagner pour l'assistance sur ces courses, sans jamais oser franchir le pas. Pas évident …. Mais, la question se retrouva très vite sur le tapis quand il m'a demandé «  c'est vrai que tu prépare une course la haut ? »   Autant vous dire que je n'allais pas laisser passer, l'occasion était trop belle. La question étant posée, la discussion se termina tard dans la nuit .

Quelques jours plus tard, Mathieu me contactera pour me dire de ne pas compter sur lui pour l'assistance, et que s'il devait monter avec moi, il lui fallait un guidon !!! Le PCPM etait lancé !

A partir de là, et le tracé d'Olivers Mount plaisant à Mathieu, il était temps de se secouer !! Lui trouver une moto ! La chance fut belle de retrouver sa moto qu'il avait entièrement refaite, en vente, et qui n'avait que très peu roulée depuis qu'il s’en était séparé. Ce sera donc un aller-retour à Nantes dans la journée pour aller chercher « son ex » comme il aime la nommer. (Un jour je vous expliquerai le passage par Limoges en pleine inondation avec la belle en lévitation sur la remorque durant plusieurs kilomètres).

BON, la moto est là, déjà à 75 % préparée car déjà très bien équipée . Restera a préparer la mienne du sol au plafond car strictement stock . ON EST BIEN !! 

Je savais que le 19 décembre, à coté de Bourges se tenait l'assemblée générale du Moto-club Fleur de Lys. Afin d'avoir plus de renseignements et de se trouver un club, c'était parfait.

So British

19 Janvier 2018 , les inscriptions de la Spring cup sont en ligne !! Feu !! Préparation des papiers, décryptage du règlement (oullaaaa l'anglais est loin finalement « Brian is in the kitchen « !! ) envoi de l'inscription, tout était réglé dans la journée même ! Vous avez dit motivés ?? Carrément !!! Déjà prévenus du flegme britannique, nous pouvons continuer a nos heures perdues a préparer les machines en attendant le retour de l'organisation pour notre première course. Tout se passe bien jusqu'au 7 avril, ou les motos sont enfin terminées !! Petite bière avec Mathieu et je redescends la moto chez moi, pour pouvoir aller vérifier sur piste que la machine fonctionne bien avant la course. Quelques minutes plus tard et moins de dix kilomètres, je me fait percuter la remorque par un 4x4 … qui bien évidement prend la fuite … genre de colère ultime... Carénage à refaire, peinture, platine reculée, à 15 jours de la course nous sommes dépités ! Retour chez le coéquipier, check express et … picolage jusqu’à  3H00 du matin ! Dodo bobo la tête ! Le lendemain coup de pression, rage et colère, la journée se passera quasiment sans mot ! Ponçage, fibre, mastic, peinture, vénilia (merci cherie) et la moto repasse en peinture a 20h30. Epuisés mais soulagés !!  Vous croyez que c'est fini ? Bien sur que non, ce ne serait pas marrant …

10 avril, soit 2 jours plus tard, nous apprenons l'annulation de la course pour raisons de sécurité ! Le sort s'acharne et le moral commence à être sérieusement entamé ! Mais c'était sans compter sur notre présipote qui se battra bec et ongles pour trouver une épreuve, sauvegarder nos ferrys (non remboursables) et assurer une course ! Quelques jours plus tard, nous apprendrons que nous sommes engagés sur le non moins célèbre Cadwell Park pour une endurance de 3 heures !!

Euuuhhh enduQUOIIIII ???

Dsc 9166

Nous connaissons dans les grandes lignes le principe, ça , pas de problème ! Mais nous ne connaissons pas les règles précises, nous n'avons jamais pratiqué, et ne connaissons pas le circuit du tout ! Par dessus le marché, nous apprenons qu'avec l'heure d'arrivée de notre ferry, nous ne pourrons pas faire les séances d’essais, ce sera qualifs direct !! CHAUUUUDDD !!!

Bon, on contacte les potes pour les roues pluie, car nous n'avons pas les bonnes marques de pneus, ouf, eux c'est bon !!! Ils nous sauvent la mise pour le coup ! Merci Jessy et JP. Viens ensuite le prêt du camion par Seb, qui n'aura pas été de trop en taille pour charger 2 motos et tout le matériel nécessaire.

Pour la partie endurance, Fréderic nous accompagnera, avec ses connaissances mécaniques, stratégiques, le matériel  spécifique également.

Jeudi 19 avril 4h du matin : jour J. 2h de sommeil dans le coc. Nous prenons la route de chez Mathieu, direction Mehun sur Yevre, rejoindre le prez pour faire la route ensemble. Après un check, un petit café et la rencontre du reste de l'équipe, nous partons enfin. Je ne détaillerai pas le trajet jusqu’à Zeebruges, qui se passera non sans quelques gestes sympathiques entre nous durant les dépassements autoroutiers, ou les multiples arrosages de pare-brise, (qui a dit a Nico que de cracher l'eau à la bouche par la vitre a 130 km/h était une bonne idée ? J'en ris encore …)

Nous passerons un bout de soirée sur le ferry pour faire encore un peu mieux connaissance. Le lendemain, le trajet restant se passera vite et sans encombre.

Ca y est !!! Cadwell Park !! Il serait impossible en restant raisonnable de vous expliquer le sentiment qui nous envahit d'être ici ! Un endroit sublime ! La première fois que je vois un si beau circuit honnêtement ! Installation faite... nous descendons voir la piste. Le petit chemin nous menant droit devant Mountain, le fameux ! Quelle claque ! C'est superbe ! Le saut suivi d'un enchainement de virages entre les arbres. Du rêve.

Privés d'essais du a notre arrivée tardive, le second sentiment sera le stress ! Non pas de la piste, du temps qui pourrait se dégrader, ou du niveau des mecs en face. Le stress viendra plutôt du baptême du feu que nous allons faire qui va surtout devoir être terminé parce que c'est une signature pour nos 2 autres coéquipiers pour l'ile de Man. L'objectif à ce moment là deviendra clair : Ne pas se laisser griser et rester sage. NE PAS TOMBER NE PAS TOMBER ! La nuit de la course sera froide et très courte.

Le lendemain, la course, comme par magie, se passera bien. Malgré une belle perte de temps due a une bougie explosée sur la moto de Mathieu, qui continuera sur ma moto pour assurer les relais. Même les gouttes de pluie au ¾ de la course n'entameront pas notre motivation et nous passeront la ligne d'arrivée ! Quelques photos souvenirs et quelques bières dans la soirée organisée dans le restaurant du circuit, où trônent   sur tous les murs les légendes de cette course, finiront d'achever, pour Mat et moi, ce moment magique. Des étoiles plein les yeux.

Ajp2401 2

 

Chimay Open Trophy 2018 .

Le deuxième rendez vous de cette saison sera pour nous fin juillet à l'Open Trophy de Chimay, en Belgique. Première vraie Road Race pour nous. Beaucoup moins de pression pour ma part, bizarrement...  

Si on enlève la part de stress d'avoir un soucis au contrôle technique, ou dans les paperasses, je me sens bien et je suis le type le plus heureux du monde de me retrouver là, avec mon pote ! Nous nous installons gentiment, et après un p’tit tour du champ nous servant de paddock, nous décidons d'aller siroter une petite Chimay sur la terrasse dominant la piste. Et la...la magie opère. Tel des gosses a noël, nous sommes envahi d'une sensation magique. Encore plus lorsque nous seront abordés par le directeur de course en personne autour d'un autre verre, à parler Auvergne, terre chère à son cœur. Quelle simplicité !!! Nous sommes loin des circuits de vitesse habituels.

Notre président arrivera en soirée, et, à peine posé, dans son beau camion sans clim par les jolis 40 degrés du pays de la frite, nous invitera a un tour de piste, pleins de bons conseils. Bienveillance....

Le tracé me plait !! J'avais vu la ligne droite du plateau moins longue, hormis cela je ne suis pas surpris. La descente Vidal reste impressionnante.

Le lendemain, les Free Practice nous permettront de prendre la mesure de la piste, avec les conseils avisés de Momo. Quelques traces mouillées demeurent sur la piste ce matin, pas question de trop jouer. Nous déroulons donc tranquillement. Une correction de ma fourche est nécessaire. Un poil trop de détente a mon goût. Et ...un amortisseur arrière en carton, mais ça je le sais déjà. Tant pis (papa nowel si tu m'entends). Les qualifications se déroulent très bien. Je ne donne pas tout … en bon poissard de l'espace, je suis capable de rater la course !! Et j'suis quand même venu pour ça, voyez vous. Je ferai tout de même un temps sympa me positionnant 28ème sur la grille. Pas fabuleux, mais le but d'atteindre la course sans encombres est réalisé. Et j’suis même pas dernier !!!

38002638 877118379152481 7649756535689576448 n

Mathieu, lui, aura plus de mal durant ce week-end. Une clavicule fraichement luxée, et plus de difficultés à sentir la piste le feront abdiquer pour la course. Sage décision. La soirée se passera autour d'un super p’tit plat de nos amis belges et quelques verres pour se détendre avant la grande messe. J'aurai pas mal cogité durant cette soirée à ma course du lendemain. Et j'en arrive à la conclusion de garder une marge pour ne pas tomber bêtement. C'est déjà ma dernière course de la saison.   Le lendemain, je serai donc traité comme un vrai pilote de course par Mathieu et Séb, qui me feront l’assistance. Je ne suis même pas anxieux (ma grande nature..) je suis très concentré et comme je n'ai à m'occuper de rien, je refais le tracé dans ma tête. Et la course se passe super bien !!! Je m'arrache comme une balle au départ, je double, je m'éclate tout le long ! Malgré cet amortisseur qui me fait physiquement trop forcer, j'arrive a compenser et rester dans le rythme. Je finirais à la 13ème place Benecup et 26ème au général. Nous ne ferons pas la deuxième manche, trop de retards suite à des incidents déplaceront la course trop tardivement pour nous. Nous remballons et reprenons la route… des souvenirs plein la tête. Avec le recul, je m'en veut un peu d'être resté si « sage » sur la course. L'envie de finir la course pour ma première road race m'a clairement dit de jouer la zenitude pour ne pas rentrer avec amertume d'une chute stupide (dans les endroits  « possibles » évidement). Mais le fait est que j'ai du coup, beaucoup trop calmé le jeu. Nous rentrerons, Mathieu et moi, entre grandes discussions et blancs interminables sur ce week-end.

Dsc 0412

Au final… beaucoup de superlatifs tout au long de ce récit de saison je trouve. Je ne fais que me freiner dans mes phrases, les mots employés… simplement… Il s'agit tout bonnement des premières courses de ma vie. Le grand gamin rêveur que je suis reprend le dessus quand je repense à cette année 2018. Moi qui ai roulé seul des années, isolé dans « ma vallée », que mes vieux briscards auvergnats comprendront. (Patou , wawa et la boulange …)

J'ai, comme beaucoup, suivi les aventures du M.C Fleur de Lys depuis longtemps. Ma toute première sortie piste s'était d’ailleurs faite avec eux en 2013, alors que je n'avais même pas prêté attention a l'organisateur ! Les coïncidences des fois sont drôles ! Aujourd'hui, je fais parti de ce club, et les doux malades que j'y ai rencontré durant cette année, je me rend compte que … Bref, fini les conneries, vivement 2019 , que j’vous retrouve les gars!!

Commentaires (1)

4dominique vialat
  • 1. 4dominique vialat | 23/12/2018
super Jean il me tarde de voir la suite ....gros bisous

Ajouter un commentaire