Une Voxan chez les Kiwis

1) Le dernier rêve...

C’est une idée bizarre, farfelue. L’hiver dernier, je discutais projets, trous à reboucher et TT avec mon grand pote quand la question est tombée sur le plancher : Dis Momo, tu crois qu’une Voxan ça peut rouler la tête en bas ? Sentant que l’idée avait déjà bien germée dans sa tête et voulant l’aider, je me mis en quête de ma calculette et de mes bouquins de sciences physiques… Mais mon pote, la réponse, il l’avait déjà : « Beubeubeu, c’est l’expérience qui nous le dira ! », ce qui me permis de le gratifier d’un « Enfoiré, tu vas encore faire une course dont je rêve avant moi ! ».

Car pour les pilotes de courses sur route, il n y a pas beaucoup de solutions pour répondre à cette question et pratiquer l’expérience. Un centre de test, le Cemetery Circuit, se trouve cependant au sud de l’ile du nord en Nouvelle-Zélande (située au nord du pôle sud, et séparée de 17700 km de l’ancienne Zeeland, pour les profs d’histoire-géo qui nous lisent). Dans la ville de Wanganui, pour être précis. Il ouvre chaque année ses portes le 26 décembre pour être le théâtre d’une des rares courses sur route de l’hémisphère sud.

Cemetery circuit top logo

Et puis… Et puis mon pote est parti. Comme ça, en plein mois d’Aout. Il m’a rien dit, mais je crois qu’il a dû trouver ce jour-là le soleil vachement beau, et a dû décider d’aller voir tout prêt s’il pouvait lui faire des boujoux… En attendant qu’il me raconte cette nouvelle aventure, je suis resté comme un con avec cette question… Une Voxan peut-elle vraiment rouler la tête en bas ? Et c’est comme ça que, pour le jour lointain où l’on se retrouvera, je me suis dit qu’il serait sympa de pouvoir lui raconter le système de mise en pression gravitationnelle des liquides, la combinaison anti-reversement, les pneus spéciaux en gomme de pattes de mouche (c’est scientifique, la preuve, elles marchent au plafond !!), bref, toutes les transfos qu’il est certainement nécessaire de faire sur un V72 français pour que l’expérience soit couronnée de succès.

N’ayant ni beaucoup de ressources, ni Voxan, ni assez de mouches pour commencer un début de départ, j’ai été très rapidement rejoint par une équipe de chercheur, recrutée grâce au réseau motophonique :

Le Docteur Maxence Sonilhac, spécialiste du Tripate, crashtesteur de la perle d’Issoire en son temps et vice-champion d’Auvergne d’épluchage de Kiwi, fut ainsi le premier à mettre la main à la patte. De mouche. Qu’il n’encule jamais cependant, même au nom de la science…

S’en suivi le Professeur Arnould, PDG emblématique de la joint-venture Manu Meca Motos, venu apporter son savoir… Et sa Voxan. Et t’ention les yeux, pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agit d’un Protal, un beau, un des deux construits pour conquérir le monde, avec des pièces qui font pas rire du tout. Bon, son dernier démarrage ayant eu lieu en -10 avant la limitation à 80, il y a un peu de boulot, mais le Professeur n’est pas inquiet. D’autant qu’il devrait être épaulé pour la robe et la mise en beauté par le garage Salmer, un pote à lui,  « T’inquiète il nous suit ! ». Très bien, car sur ce coup-là, je ne demande qu’à faire la chenille…

Dscf1621 1

Et puis, ai-je, l’air inquiet, moi ? Pas du tout, car de vrais bourbons en forums, je me suis mis à échanger avec un Kiwi. Un vrai, à chaussures aimantées pour ne pas tomber de la terre. Et il semblerait qu’une place pourrait se libérer dans un obscur conteneur en partance d’Angleterre… En échange d’une caisse de bière. Une affaire claire comme la mousse d’une Jupiler !

Alors bien sûr, il n’aurait pas été envisageable de monter un tel projet sans associer des copains à qui on aimerait bien le raconter. Le Voxan Club de France, en grand amateur d’expériences scientifiques, n’aurait pas pu rester à coté de cette aventure. Missionné à la Direction des Coups de pied au cul (pour se mettre sur le bon chemin), ils sauront mener à la baguette et au saucisson les troupes de soutien.  Parce que merde, quoi, on n’a pas décidé de faire rouler une Saroléa !

Et, parce qu’elle existe puisque tu n’es plus là, la fondation Fabrice Miguet nous fait le plaisir de nous rejoindre dans l’embrouille pour tenter de répondre à cette question, inutile et désuète, et de par le fait essentielle :

Dis Momo, tu crois qu’une Voxan ça peut rouler la tête en bas ?

Il reste encore beaucoup à faire et à réunir, mais l’aventure est à suivre ici… En attendant la réponse dans 11 mois…

Momo

Bandeau vox 01

 

Envie de nous aider pour ce projet ? Contact : dreamofnothing@hotmail.fr / 06 71 76 42 81

2) Le premier pas vers l'autre bout du monde

C'est un truc de fou. Après avoir reçu de nombreux soutiens en France, arrive le moment où il faut se jeter. Et c'est une bouteille à la mer, lancée dans les abysses d'internet, qui a fini par remonter pour donner le pas d'élan.

A l'occasion du Tourist Trophy, j'ai pu rencontrer Gavin, le patron du mec qui avait répondu à mon appel lancé au hasard sur un forum de motard néo zélandais. Depuis des mois, je tanne celui que je ne connais que sous le pseudo de Sidecarbob pour savoir comment envoyer la moto, si c'est validé, tout ça... Et qui me demande de patienter, qu'il a une solution pour emmener la belle Auvergnate au pays des kiwis, mais que ça ne peut se faire qu'en rencontrant le boss. Gavin, En promenant dans le paddock du TT, je finis par trouver la tente néozélandaise. Salut tout le monde, je cherche quelqu'un qui se fait appeler "Sidecarbob". Un grand type se lève : "Morgan ? Nice to meet you !". Ben pareil...

Je vous passe les salamalecs et les histoires, mais 15 minutes plus tard, je suis en face de l'International Brand Manager de Carl Cox Motorsport, à lui raconter mon histoire de copains, de projet. Genre passionné, mais pas hyper crédible non plus. Disons, un peu trop gitan et puis un peu super excité de présenter les choses. Faut dire, j'avais oublié mon costard et mon power point...

La suite, c'est lui qui l'a écrit :

"- Ok Morgan, chouette projet. Donc, ce qu'on peut te proposer, c'est que tu nous emmènes la moto jusqu'en Angleterre. On a un conteneur qui part tous les ans au mois de Septembre avec des pièces, des motos, pour alimenter nos championnat, le Suzuki Series. Cinq semaines plus tard, le conteneur arrive, on le récupère, et on le déplace sur trois circuits du championnat qui se déroule sur le mois de décembre. Tu te débrouilles pour venir et trouver une licence, tu amènes les outils spécifiques, et pour le reste, on t'invite et on te prête les outils pour que tu puisses faire les trois courses. Ne prends que le matériel spécifique pour la Voxan, le reste on aura."

Voilà. T'es sur le cul ? Ben moi pareil.

Img 3243

Gavin, juste incroyable. Un pouce en l'air a suffi pour signer le contrat

Je tente :

"- Génial ça résoud 90% de ma logistique, c'est énorme. Et du coup, comment ça se passe au niveau du tarif de la traversée, du déplacement du conteneur ?

- Non, mais je viens de te dire que tu étais invité, c'est quoi que t'as pas compris ?"

Voilà, ça c'est fait comme ça. J'avais pas compris que même sans connaitre quelqu'un, il pouvait être gentil, et même au-delà... Et puis bon, que je parte quinze jours ou un mois, finalement, le prix du billet d'avion est le même... Que je mange ici ou là-bas, il faut bien que je mange... Pis, si je dois dormir dans une tente sur le circuit en attendant la course suivante, ça doit pas être bien compliqué... Bordel de merde, faut que j'aille voir ce qu'il me reste en congés !!! Mais une occasion comme ça, ce serait trop con de la laissé filer, enfin si Manu est d'accord pour que j'en fasse trois fois plus que prévu avec sa moto...

Pendant ce temps là, de l'autre coté du monde, justement Manu s'active. Ralenti par une santé faiblarde, il n'a visiblement pas compté ses heures pour redonner vie à la Voxan. On ne s'est pas encore rencontré, on communique par mail, mais j'attends de pouvoir lui serrer la louche :

Elle est remontée, elle tourne (mais ça fait mal au cul sans selle et sans réservoir). Voilà quelques photos du futur jouet et une idée de sa livrée quand elle sera terminée (mais ça, je ne vous le montre pas, sinon c'est tricher... ;) ):

Img 2470 1 3

Img 2471 1 2

Img 2470 1 3

Voilà, en ce 23 juin, on en est là. Un truc de fou... et qui va s'emballer très rapidement.

65274834 715597942219014 7868391811532718080 n

3) Ze end of ze Debut

Voilà, on y est..

21h30, samedi 30 novembre. Demain, le train, l'avion, l'escale en Chine, l'arrivée en Nouvelle-Zélande. Du projet imaginé dans le coin d'un bateau il y a un peu plus d'un an est né un putain de monstre. Un monstre à cents têtes, composé de toutes les tronches qui lui ont donné vie. Une histoire de malade avec des idées, des copains, des inconnus qui le sont devenus, des coups de bol pas possible, des heures pour Manu à bichonner la moto, des heures de mon côté à organiser...

Mais là. T'as beau calculer, prévoir, imaginer, assurer, il y a un moment où il faut te jeter, sans avoir aucune certitude. C'est ce qui met du piment dans la vie, tu me diras, mais hier, en ponçant les murs de la maison (ben oui, y a pas que la course dans la vie !), je commençais à ressentir de l'appréhension. De la peur même. Pas la peur de tomber ou de me faire mal, de rater quelque chose, d'être coincé à l'autre bout du monde, d'oublier un de mes mômes à l'aéroport, non. La peur de revenir sans rien. La peur de ne pas pouvoir aller au bout, à cause d'une casse irréparable, d'une fracture qui empêche de rouler, toutes ces choses qui font que la vie continue son chemin sans nous. Et puis voilà, j'étais là, le nez dans le plâtre à commencer à détester mes idées de merde, mes plans à la con, tout ça tout ça. Pis en fait, c'est tout ce qu'il me reste d'aventure. Avec internet, je peux savoir s'il pleut à Taupo, connaitre le développé du tracé, réserver des billets d'avions et un van pour roupiller. En quelques clics, je peux demander et avoir n'importe quoi... Burt Munroe, lui, c'était un aventurier. Moi, je suis un type qui a le wifi...

Mais revenir sans rien, ça... Ce serait le plus dur. Au-delà de ce rêve, au-delà de cet hommage à notre copain, il y a vous maintenant. Toi qui a fait des T-shirt, toi qui a préparé la moto, toi qui l'a emmenée, toi qui l'a trouvée, toi qui a ameuté la radio, toi qui était là quand il y avait besoin, toi qui nous emmène au train, toi qui a souri à nos mots, toi qui a placé quelques secondes de rêveries et trois notes d'espoir dans notre pari de dingue. Alors, je vais te le dire simplement : merci. Je te le dis maintenant parce que je ne sais pas si je pourrais le faire après, pas avec des mots, mais en faisant sonner proprement cette Voxan de l'autre côté du monde. D'une histoire personnelle est née quelque chose de chouette, de beau, qui me prend aux tripes rien que de coucher ces mots. On va tout donner, jusqu'au bout. On ne fera pas des étincelles, mais on y sera, et si on doit rendre les armes, c'est qu'on aura plus le choix.

Je voulais remercier ce soir toutes les personnes qui se sont investies dans cette aventure, du Voxan Club de France, de Saint Bonnet Les Alliers, de Nouvelle-Zélande et d'ailleurs. Les copains, qui part leurs mots, leurs attentions, donnent un sens à l'essence même de ce que nous allons chercher : le plaisir et le partage. Une pensée particulière pour Léna, Mut et P'tit Guy, qui aurait du faire ce voyage avec Mig, et qui ont eu la gentillesse de répondre à mes appels, et de m'apporter leur soutien. Un autre pour les amis (ou l'équipe, comme vous voulez !) qui viennent d'habitude au TT panser nos meules... J'aurais aimé vous emmener, mais là... ! Là, il est temps de partir. Alors je ferme ma gueule et mon clavier, en rêvant ce soir au bout du monde, et la boule au ventre s'atténue un peu en pensant à vous qui avez tant donné, et à toi mon pote, à toi qui m'a fait rêver, à toi qui m'a montré que les rêves n'étaient que le début des vraies aventures.

Cette Voxan, on va la faire sonner, premier ou dernier, qu'importe, c'est une question de relativité. Mais on aura tout donné.

En route pour le grand bordel du Momo Circus, et see you next year !

momo

Vox2

Received 1158936360971034

Logo voxan

Commentaires (4)

Sylvain BRIARD
  • 1. Sylvain BRIARD (site web) | 27/06/2019
A fond avec toi Morgan, pour la mémoire de notre pote Fabrice "LE MIG", sa famille, et tous ses copains motards. Et aussi pour porter haut les couleurs de la moto française, au moment de célébrer les 20 ans de sa naissance.
Zebulon
  • 2. Zebulon | 01/12/2019
Forza Momo.
Forza Voxan.

Et bouffez nous tous ces kiwis !
Eric
  • 3. Eric | 01/12/2019
Bons runs avec la Vox ! et des nouvelles !
BENAICHE Karim
  • 4. BENAICHE Karim | 03/12/2019
Quelle belle aventure en hommage à MIG !!! Ca donne la larme à l'oeil!!! Que de bonnes vibes pour cette aventure, tu m'régales ;-) Que sonne la moto française par delà les tropiques, les mers et océans!!! ;-)

Ajouter un commentaire

 
×